Appliquer la méthode Marie Kondo au web

Le minimalisme est à la mode ! 

Vous avez probablement déjà entendu parler de Marie Kondo, cette Japonaise qui fait fureur avec sa méthode de rangement intitulée KonMari

Son succès vient du fait que nous, humains du monde entier, avons la fâcheuse tendance d’accumuler toutes sortes d’objets que nous ne prenons jamais la peine de trier. Et le jour où nous essayons de faire le tri, la tâche paraît tellement énorme que nous jetons ou donnons 2 ou 3 objets avant de voir notre motivation retomber comme un soufflé. Et c’est là que Marie Kondo, consultante en rangement, entre en scène avec sa méthode infaillible.

L’un des principaux piliers de sa méthode est de prendre chaque objet un par un, de le regarder bien en face et de se poser la question: “est-ce que tu m’apportes de la joie ?”. Si la réponse est non, à dégager ! 

Quel est le rapport avec le web me direz-vous ?

En 5 ans d’expériences sur le web, j’ai remarqué qu’on faisait un peu pareil que pour nos intérieurs… Si vous travaillez dans le digital, que ce soit dans les sphères techniques ou pas, vous avez sûrement déjà entendu ce terme de “dette technique”. 

Il s’agit de tout le vieux code que nous n’utilisons plus ou qu’il faudrait optimiser pour que le site soit plus stable et plus performant et qu’on puisse continuer à ajouter de nouvelles fonctionnalités par-dessus sans risque de tout casser.

Avec l’expérience, j’ai remarqué qu’on a souvent tendance à délaisser cette dette technique un peu trop longtemps. Et c’est un peu comme nos placards, il n’y a pas urgence à faire le tri et à tout ranger correctement puisque personne ne viendra les ouvrir pour voir si c’est le bazar ou non à l’intérieur. Du moment que la partie visible est clean, ça peut attendre.

On fait pareil pour nos sites. Du moment que la plateforme tourne, pourquoi s’embêter à prioriser de la refonte de code que personne ne remarquera ? Et on laisse parfois grossir cette dette technique à tel point qu’il devient ensuite trop compliqué de s’en occuper car ça prendrait des mois et qu’on a quand même des fonctionnalités à sortir…

On aurait parfois bien besoin d’une Marie Kondo du web pour nous épauler dans cette tâche 🧹

Appliquer la méthode Marie Kondo à nos sites web

Mettre en place l’approche minimaliste de Marie Kondo sur le web n’est pas chose facile. On ne va pas demander à chaque bout de code s’il nous apporte de la joie ou non ! Ce serait assez hilarant ceci dit !!

Mais on peut déjà essayer de changer d’état d’esprit et de réfléchir autrement, je m’explique. Aujourd’hui, nos connexions internet sont devenues tellement rapides et nos appareils si puissants que nous n’avons pas de réelles contraintes. Et un bon développeur vous dira toujours que “tout est faisable” (coucou les devs 👋). 

Dans son livre Sustainable Web Design, Tom Greenwood utilise une métaphore que j’aime bien. Il dit, je cite: “c’est comme faire ses valises pour les vacances; si vous voyagez en train, vous allez choisir avec soin chaque objet que vous allez emporter car vous savez que vous avez une place limitée et que vous allez devoir porter vos sacs vous-même. Mais si vous avez prévu de prendre votre voiture ? Vous allez juste tout mettre dans le coffre. Pas parce que vous en avez nécessairement besoin mais juste “au cas où” et parce que vous avez la place.” D’après lui, c’est aujourd’hui cet état d’esprit que nous avons lorsque nous concevons des sites web.

Une première étape consisterait donc à se poser la question: Est-ce vraiment nécessaire ? Cette question est valable pour les développeurs mais aussi pour les product managers et designers. 

Par exemple, est-ce qu’on a vraiment besoin de cette vidéo qui se lance automatiquement en homepage ? Est-ce qu’on a vraiment besoin de rafraîchir cette information en temps réel ? Est-ce qu’on a encore besoin de cette librairie ?  

Et si la réponse est oui, alors c’est ok. Mais juste en se posant la question, nous devrions parvenir à faire un bon ménage de printemps 🧽

Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
  •  
  •  
  •  
Publié le
Catégorisé comme Agir

4 commentaires

  1. Voilà un aspect du net auquel on ne pense pas ! Merci de nous sensibiliser à ça et pour tes idées pour un web plus écolo !
    Je vais suivre tes conseils ! 😉

  2. La dette technique, bigre. Pour moi, c’est sous le tapis, et je n’en ai aucune conscience. Jusqu’à ton article. Mais comment l’évaluer quand on n’est pas du métier ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *