Designers: les garde-fou du monde de demain

Je lis en ce moment un livre, Ruined by design de Mike Monteiro. C’est un livre sur l’éthique dans le design, de manière générale, pas spécialement axé sur l’impact environnemental des produits que nous créons mais plutôt sur l’impact social au sens large.

L’idée est de dire que le monde actuel fonctionne de la manière dont on l’a pensé et créé. Et pose donc la question de la responsabilité des designers (là aussi au sens large: designers, développeurs, ingénieurs…).

A travers plusieurs exemples, Mike Monteiro démontre en quoi le métier de designer n’est pas juste de choisir le bon positionnement des pixels pour créer une interface. Le périmètre doit aller bien au-delà de ça. 

Les designers comme garde-fou

Les interfaces que nous créons peuvent potentiellement être utilisées par des millions de personnes, avec des cultures différentes et aussi peut-être avec des intentions différentes. L’auteur insiste sur le fait qu’il est de notre responsabilité en tant que designer de prévoir le pire scénario. 

Quelle est la plus mauvaise chose qui pourrait arriver si une personne mal intentionnée utilisait notre produit ?

Et pour inclure la dimension environnementale, je rajouterai la question suivante:

Quel sera l’impact carbone du produit que nous créons si des millions de personnes l’utilisent chaque jour ?

Mike parle de garde-fou. Pour lui, les designers sont les seuls garde-fou de ce qui se passera dans le monde demain. Je n’avais jamais vu notre métier sous cet angle mais les exemples mentionnés dans le livre sont parlants. Nous devons penser au pire.

L’exemple de Strava

Si vous pratiquez la course à pied, vous connaissez sûrement l’application Strava. C’est une application qui permet de voir le tracé de votre parcours sur une carte lorsque vous faites une sortie running ou vélo. Elle permet également de tracker plusieurs éléments de performance (durée de la course, dénivelé, nombre de kilomètres parcourus…). 

En janvier 2018, le journal d’information britannique The Guardian a mis en lumière que les itinéraires de jogging des soldats stationnés dans les bases militaires (qui sont généralement effacées des cartes pour des raisons de sécurité) avaient été publiés sur l’app. Les militaires avaient tendance à courir dans le périmètre des camps, cartographiant ainsi efficacement les camps, désormais visible de tous (y compris de toute organisation terroriste aux intentions hostiles).

L’exemple de Volkswagen

Vous vous souvenez peut-être de l’affaire Volkswagen, aussi connue sous le nom “dieselgate” qui a éclaté en 2015. Le groupe automobile falsifiait les émissions polluantes de certains de leurs moteurs pour qu’ils passent les tests d’homologation.

James Liang était ingénieur chez Volkswagen. Il a conçu le logiciel qui a menti sur les émissions diesel. Après investigation sur l’affaire, il a été prouvé que James ne pouvait pas avoir conçu ce logiciel sans connaître ce qu’il avait pour but de faire. Et quand bien même il obéissait certainement aux ordres de ses supérieurs, c’est lui qui a été condamné à 40 mois de prison pour mauvaise conception.

Nous, designers, pouvons aujourd’hui aller en prison pour ce que nous créons et que nous mettons dans le monde. Le rôle du designer tel qu’on le connaît aujourd’hui doit changer. 

Un designer ne doit pas juste être une personne qui aligne des pixels derrière son écran ou qui code un programme sans poser de questions. Un designer doit s’assurer de construire un produit qui ne fera pas de mal. Ni à la nature, ni aux humains.

En posant des questions. En poussant les portes des réunions où se prennent les décisions. En refusant d’appliquer une décision si le pire des scénarios peut avoir des impacts désastreux.

Je n’ai pas encore terminé ma lecture mais ce livre m’a permis de voir notre métier différemment et de réaliser l’importance de ce que nous faisons. J’ai réalisé à quel point nous avions une responsabilité énorme. 

En choisissant d’être designer, vous choisissez d’avoir un impact sur les personnes qui entrent en contact avec votre travail, vous pouvez soit les aider, soit les blesser avec vos actions.

Mike Monteiro, Ruined by Design

Nous nous devons de prendre le temps de réfléchir aux impacts long-terme – sociaux et environnementaux – de ce que nous construisons.

J’ai hâte de terminer cette lecture pour pouvoir faire une revue complète ici et vous partager d’autres exemples et actions concrètes pour créer un produit éthique. Mais en attendant, je vous invite vraiment à lire ce bouquin si le sujet vous intéresse 🙂

Et je termine avec cette phrase issue du livre et qui résume bien tout:

Design is a discipline of action. We make things! They go out into the world and they affect people. 

Mike Monteiro, Ruined by Design
Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *