En route vers la sobriété numérique

Bonjour à tous.tes et bienvenue ici !

Ceci est le tout premier post de ce projet.

Je m’appelle Nathalie et je suis une écolo lambda.

J’essaie de faire du mieux que je peux, de trouver le juste milieu. Je fais ce genre d’actions que désormais nous connaissons tous.tes: acheter bio au maximum, consommer des produits locaux, éviter les produits transformés, éviter la viande, acheter en seconde main dès que possible, trier ses déchets… J’ai petit à petit transformé mon mode de vie pour acquérir ces bonnes habitudes et j’essaie d’en ajouter de nouvelles chaque année. 

Cependant dans ma démarche écologique, il y a tout un pan que j’ai laissé de côté: le numérique. Un peu par confort. Un peu par ignorance. Après tout, c’est plutôt agréable de se poser devant Netflix le soir en attendant la livraison de ma pizza commandée quelques instants plus tôt sur Deliveroo. Je n’ai pas particulièrement mauvaise conscience quand je fais ça. Et puis chaque chose en son temps non ?

Et puis en ce début d’année 2021, il s’est passé trois choses.

Trois choses qui ont accéléré ma prise de conscience et fait naître ce projet de blog.

  • La première, c’est l’adoption par le Sénat de la loi REEN (Réduction de l’Empreinte Environnementale du Numérique). J’ai gentiment commencé à comprendre que notre consommation du numérique allait elle aussi devoir changer.
  • La deuxième, c’est un challenge écologique auquel j’ai participé en février avec d’autres collègues et qui m’a fait prendre conscience que ma consommation de l’internet pesait aussi dans la balance en termes d’impact carbone.
  • La troisième, c’est une lecture que je viens de terminer et qui m’a fait réaliser qu’en (re)pensant bien les interfaces digitales, on pouvait largement réduire l’empreinte environnementale des produits du web.

Ces trois événements ont engendré pas mal de réflexions. Je voulais en être. Je voulais aider à mon niveau. Oui mais comment ?

Et c’est là que ça a fait tilt.

Je fais partie de ce merveilleux monde qu’est Internet. Pas seulement en tant qu’utilisatrice mais aussi en tant que “créatrice”. De par mon métier dans le produit et le design, je suis au cœur de la conception de produits digitaux (sites et applications).

Tous les sites et applications que nous utilisons consomment de l’énergie pour fonctionner. Ce n’est pas possible autrement. En revanche, ils consomment plus ou moins d’énergie en fonction de la manière dont ils sont conçus et ça, c’est nous professionnels du digital qui décidons. Il suffit de savoir pour faire les meilleurs choix.

J’ai encore tout à apprendre sur ce sujet qui me passionne déjà. Je suis désormais une apprentie écolo product manager et designer, en route vers la sobriété numérique.

Mon objectif est d’apprendre un maximum de choses en très peu de temps afin de pouvoir démocratiser ce sujet et agir au plus vite.

Je partagerai ici avec vous tous mes apprentissages pour qu’ils profitent au plus grand nombre (et aussi pour me garder motivée dans le temps !). Et pour commencer sur les chapeaux de roues, rendez-vous dans le prochain article pour vous parler de mon défi “avance rapide”.

Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
  •  
  •  
  •  
Publié le
Catégorisé comme Le défi

5 commentaires

  1. Je me pose également ces questions. Il va bien falloir s’y atteler également. Je me demande bien souvent ce que cela peut engendrer de le faire ou non. J’y serai attentive en suivant tes articles 😉

    1. Merci Soraya pour ton commentaire. Ravie de voir que la thématique t’intéresse aussi, j’espère que tu apprendras plein de choses ici 😉

  2. Hello Nathalie, la sobriété est un axe essentiel pour limiter notre impact sur l’environnement, que ce soit du point de vue énergétique, alimentaire, numérique ou technologique. C’est donc une excellente initiative que tu portes 👏.
    Tu trouveras sûrement des éléments intéressants dans mon article sur l’écoconception des technologies où j’aborde un peu le sujet de la sobriété numérique https://wp.me/p9daJA-1xE.
    Et j’espère découvrir d’autres approches ou idées via tes articles. Go go go 🚀

  3. Bonjour Nathalie, super sujet ! Je crois qu’on nous a mis en tête une idée fausse, comme souvent : la “dématérialisation” équivaudrait à “zéro consommation”. Un peu comme un nuage, léger, léger, qu’on ne voit bientôt plus… Il n’en faut pas + pour tomber dans le panneau d’une surconsommation d’internet en toute bonne conscience. Reprenons le pouvoir sur nos idées (surtout lorsqu’elles se veulent écologiques) ! Ton blog, assurément, va nous aider. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *