Intensité carbone et éco-conception web

Branch est un magazine en ligne qui traite de l’éco-conception sur le web et leur site est à l’image de leur ligne éditoriale puisqu’il applique de nombreux principes de l’éco-conception. En naviguant sur leur site, j’ai eu le St-Graal que nous recherchons tous en tant que concepteurs de services web, le fameux “effet wow” 🤩 Je vous raconte.

Deux bonnes pratiques d’éco-conception web

Images non chargées par défaut

La première fois que je suis arrivée sur ce site, voici ce que j’ai vu:

Branch website high intensity

Le site est très épuré et minimaliste, limite un peu “spartiate” mais nous sommes dans le green design donc ok. Maintenant, lisez le texte dans l’encadré orange de la capture d’écran ci-dessus.

Traduit en français, il est écrit: “Branch couverture du numéro 1 par Hélène Baum. Une scène colorée et pleine d’espoir qui réinvente notre relation avec Internet et la nature.

C’est assez intriguant de prime abord mais la magie opère lorsqu’on clique sur “Show image”. L’image s’affiche comme le montre la capture ci-dessous et on comprend alors qu’il s’agissait de la légende de l’image. Premier effet wow ici.

Branch website

Le même principe est utilisé pour tous les articles. Par défaut, l’image n’est pas visible, juste sa légende. C’est l’utilisateur qui choisit ou non de voir l’image, économisant ainsi l’émission de quelques grammes de CO2 au passage (en partant du principe que tous les utilisateurs ne regarderont pas toutes les images).

Mais ce n’est pas tout ! 

Utiliser les prévisions de l’intensité carbone pour adapter le contenu

Là où j’ai eu un deuxième effet wow et non des moindres, c’est quand je suis revenue sur le site le lendemain pour préparer cet article. 

Cette fois-ci, je voyais le site en bleu avec les images dégradées en noir et blanc comme sur la capture ci-dessous.

Branch website moderate intensity

Impossible de retrouver le site de la veille. Ce qui était vraiment frustrant puisque je voulais prendre des captures d’écran de cette idée géniale que j’avais découvert la veille. Heureusement, après quelques minutes, je m’aperçois que je n’avais pas fermé l’onglet de la veille et j’ai pu prendre les captures que vous avez vu plus haut.

Et puis j’ai compris 💡

Vous voyez la petite mention sur le côté droit des captures d’écran ? Celle qui dit “High grid intensity” sur la version orange du site et “Moderate grid intensity” sur la version bleue. Juste ici:

Sur le moment, je ne savais pas de quoi il s’agissait donc j’ai cherché ce que ça pouvait bien vouloir dire et tenez-vous bien 🥁

Il s’agit en fait d’une sorte de météo de la propreté de l’électricité qui circule dans le réseau qui se base sur les prévisions de l’intensité carbone.

Qu’est-ce que l’intensité carbone ?

Selon l’INSEE, l’intensité carbone est le rapport entre les émissions de CO2 et la production d’électricité.

Aujourd’hui, nous ne savons pas encore stocker l’électricité produite par des énergies renouvelables telles que le vent ou le soleil. Lorsqu’elle est produite, elle est envoyée dans le réseau (tous les câbles – enterrés ou dans l’air – par lesquels nos habitations reçoivent l’électricité) et se mélange à l’électricité “non verte”. L’électricité circulant dans le réseau est ensuite redistribuée aux habitations et industries. Tout le monde reçoit donc le même mix énergétique, plus ou moins vert en fonction des conditions météo.

schéma réseau électrique

L’idée est donc d’utiliser l’énergie verte lorsqu’elle est disponible (l’intensité carbone étant plus faible) et essayer d’en limiter l’usage lorsque les conditions météorologiques ne permettent pas une production d’électricité verte importante. 

Outils de prévisions de l’intensité carbone

En Grande-Bretagne, un outil existe pour prévoir l’intensité carbone qui sera générée par le mix énergétique en fonction des prévisions météo. C’est ce type d’indication que Branch utilise pour adapter son interface. Je ne sais pas vous, mais je trouve cette idée géniale ! 

Lorsque j’ai vu la version orange, j’ai probablement visité le site à un moment où la production d’électricité renouvelable était faible et où la consommation d’électricité reposait surtout sur des énergies fossiles. 

Alors que lorsque j’ai vu la version bleu, il faisait probablement un peu plus de vent ou de soleil et l’électricité envoyée dans le réseau était plus propre me permettant de voir l’image – certes en noir et blanc – sans forcément émettre plus de CO2. 

J’imagine qu’il existe aussi une version “low grid intensity” qui me permettrait probablement de voir directement l’image en couleur.

En France, le site adapt.sh permet de vérifier à quel moment de la journée l’électricité est la plus propre. On peut l’utiliser à titre personnel pour programmer une machine à laver ou recharger une voiture électrique au meilleur moment par exemple. Ou arrêter de scroller sur les réseaux sociaux et prendre un bouquin ou faire un puzzle à la place lorsque l’énergie est la moins verte. Malheureusement, je n’ai pas l’impression qu’ils aient une API qui permettrait d’utiliser l’outil pour adapter nos sites web en fonction des prévisions. Espérons que ça viendra. Quoi qu’il en soit, je suis curieuse d’avoir votre avis sur ce genre d’initiative mais personnellement, je trouve l’idée brillante et hyper éducative.

Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *