Réduire son impact environnemental sur Internet

Je parle sur ce blog de comment mieux construire le web. Comment nous – product managers, designers, développeurs – pouvons changer les choses, en se posant les bonnes questions et en appliquant les solutions d’éco-conception comme réduire le poids des images ou des vidéos ou raccourcir les parcours utilisateur par exemple. Mais il me paraît important d’avoir aussi conscience de la seconde partie de l’équation qui est celle de comment mieux consommer le web pour réduire son impact environnemental à titre individuel. Cela passe par réduire sa consommation du web mais aussi connaître et appliquer les bonnes habitudes pour réduire la consommation d’énergie du web lorsque nous l’utilisons. Cet article s’adresse à absolument tous les internautes.

Comment moins consommer le web ?

Aujourd’hui nous utilisons Internet pour tout. La plupart des démarches administratives se font désormais en ligne et la majorité des métiers exigent des connaissances de base en informatique. Alors de fil en aiguille, de gré ou de force, on nous a mis Internet dans les bras et même les moins technophiles d’entre nous ont pu entrevoir les bénéfices que le web pouvait leur apporter.

Pour la petite histoire, ma grand-mère qui a 90 ans, a un iPad depuis Noël dernier. Elle qui pensait être “trop vieille pour tout ça” 👵🏻, s’en donne à coeur joie de regarder la messe de Lourdes sur YouTube et de m’appeler en faceTime une fois par semaine ! 

Internet rend accro quel que soit l’âge et il est important d’en prendre conscience pour pouvoir ralentir un peu notre consommation. Voici quelques pistes pour limiter la tentation.

Se désabonner des newsletters inutiles

On a tendance à s’abonner à de nombreuses newsletters qu’au final nous ne prenons pas le temps de lire. Ou bien nous lisons les premières mais nous oublions de nous désabonner si nous arrêtons de les lire ensuite. Il existe désormais des outils gratuits comme Cleanfox qui permettent de nettoyer les boîtes emails en quelques minutes.

Désinstaller les applications addictives

Il y a quelques mois, j’ai décidé de désinstaller YouTube et Instagram de mon smartphone. Grâce à la fonction “Temps d’écran” accessible dans les réglages de l’iPhone, je me suis rendu compte que je passais beaucoup de temps sur ces deux applications alors qu’elles ne m’apportaient pas de réel bénéfice. C’était surtout du divertissement et j’avais pris la mauvaise habitude de les lancer à la moindre minute seconde de libre. 

A ce jour, je n’ai toujours pas réinstallé YouTube. Je l’utilise uniquement sur mon ordinateur ou ma tablette et cela me suffit amplement. Pour Instagram, je dois dire que c’est plus difficile. J’utilisais beaucoup ce réseau pour suivre l’actualité des commerces de mon quartier, surtout en ces temps de Covid. L’usage d’Instagram étant totalement pensé pour le mobile, je n’ai pas réussi à trouver un autre mode de fonctionnement donc je l’ai finalement réinstallé. Mais j’essaie de le consulter moins souvent.

Supprimer les applications fantômes

Vous vous souvenez des pubs d’Apple: “there is an app for that” ? Il y a bien une app pour tout ! Et c’est bien pratique. Mais combien d’applications utilisons-nous réellement sur le long terme ?

Lorsqu’on sait que 77% des utilisateurs n’utilisent plus une app seulement 3 jours après son installation (ce chiffre grimpe à 95% après 90 jours), il y a de bonnes chances pour que nos téléphones conservent plusieurs apps que nous n’avons pas utilisées depuis un bon moment.

🌤️ J’ai 4 apps de météo, je plaide coupable !

Même si nous ne les utilisons pas, les applications consomment de l’énergie. Elles continuent à être mises à jour lorsque notre téléphone est branché par exemple.

Comment mieux consommer le web ?

Apprendre à réduire sa consommation est une première étape nécessaire pour les plus accro d’entre nous ! Après le “consommer moins”, voyons maintenant le “consommer mieux”. Il y a en effet de nombreuses bonnes habitudes à prendre pour mieux consommer le web. Voici quelques idées faciles à mettre en place:

Envoyer des SMS plutôt que des emails

Un SMS émet 1000 fois moins de CO2 qu’un email. En plus d’émettre moins de CO2, cela évitera aussi la tentation à votre destinataire de l’imprimer !

Activer le mode sombre

La plupart des smartphones étant désormais équipés d’écrans  OLED, le mode sombre permet de réduire considérablement la consommation d’énergie. Il permettrait également d’économiser 30 à 60% de batterie par jour

Privilégier le réseau wifi

Le réseau wifi consomme 23 fois moins d’énergie que le réseau mobile 4G (source: “Réparer le futur”, Inès Leonarduzzi) qui sollicite essentiellement les antennes relais, elles-même très énergivores. Privilégier le réseau wifi par rapport aux réseaux mobile à très haut débit est une excellente habitude à prendre. Surtout sur les activités consommant le plus, comme par exemple le visionnage d’une vidéo, le partage de photos ou même l’envoi d’un email.

Eteindre les appareils

Bien que le mode veille consomme seulement le tiers de la consommation normale d’un ordinateur, c’est toujours plus que rien du tout si je puis dire ! 

Installer un ad blocker

Près de la moitié des entreprises utilise la publicité en ligne. Cela fait beaucoup de pub et elles sont malheureusement bien trop souvent très intrusives. Installer un bloqueur de publicités sur son navigateur permet d’empêcher l’affichage des pop-ups publicitaires et par conséquent, d’économiser de l’énergie. Si vous naviguez sur Chrome, je vous conseille l’extension AdBlock.

Privilégier les commerces de proximité

47% des achats se passent désormais sur Internet. Comparer en ligne mais acheter en magasin est une bonne alternative pour économiser du temps tout en réduisant les émissions carbone liées à la livraison des marchandises (emballage et transport).

Cette liste n’est pas du tout exhaustive, n’hésitez pas à participer en commentaires de cet article si vous connaissez d’autres bonnes pratiques.

Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
  •  
  •  
  •  
Publié le
Catégorisé comme Agir

1 commentaire

  1. Je dirais privilégier les blogs plutôt que les vidéos, mais en général, c’est difficile à faire avaler. Le côté “passif” de la vidéo qu’on reçoit sans avoir besoin de réfléchir fait qu’elle est plébiscitée par le plus grand nombre, dont je suis, par flemme. Pourtant, j’essaie de limiter les vidéos et de favoriser les podcasts et mon blog, quitte à y joindre beaucoup d’images (optimisées bien sur). Mais l’impact n’est pas le même.
    Merci pour ces idées qui sensibiliseront, je l’espère, les lecteurs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *