Réduire le nombre de pages vues grâce au green UX

Lorsqu’on parle de design d’interfaces, on distingue l’UX Design et l’UI Design. L’UI (User Interface) comprend tous les éléments visuels: la charte graphique, les couleurs, les typographies… qui jouent sur la “lourdeur” d’un site. L’UX (User Experience) concerne toute l’architecture de l’information. En d’autres termes: comment faire en sorte que la navigation soit la plus intuitive possible afin que le visiteur trouve l’information qu’il cherche le plus facilement possible. On parle souvent de “flows UX” – ou parcours utilisateurs en français – pour désigner le chemin d’un visiteur sur le site. Le green UX quant à lui est simplement le fait de penser les parcours utilisateurs dans une démarche d’éco-conception.

Comment réduire l’empreinte carbone d’un site web ?

Alléger l’empreinte carbone d’un site web passe par deux choses:

  • Réduire le poids du site
  • Réduire le nombre de pages vues

Réduire le poids du site en améliorant l’UI

On a déjà vu plusieurs façons de réduire le poids d’un site web en agissant sur les éléments UI comme par exemple:

Mais le poids du site n’est pas la seule chose importante dans l’écoconception. Il y a une deuxième partie dans l’équation, le nombre de pages vues, qu’on peut essayer de travailler. Attendez, ne partez pas tout de suite ! 

Réduire le nombre de pages vues avec l’approche green UX

On est d’accord pour dire qu’aucune entreprise n’a pour but de voir son nombre de visiteurs diminuer. C’est bien connu, les utilisateurs les plus engagés – ceux qui visitent souvent le site – sont bien souvent les plus rémunérateurs. On a donc tendance à stimuler les utilisateurs un peu plus “froids”, à coup de notifications et divers emails, dans l’espoir qu’ils viennent nous rendre visite plus souvent. Et qu’ils deviennent eux aussi des utilisateurs engagés.

Partant de ce constat, vous vous demandez peut-être où je veux en venir et vous vous dites sûrement que le nombre de visites n’est pas un élément sur lequel on peut – ou on veut – agir. 

Rassurez-vous, il ne s’agit pas de réduire le nombre de visiteurs mais le nombre de pages vues par un même visiteur. La nuance est importante.

Le poids du site est déterminé par le poids de chaque page. Si on arrive à réduire le nombre de pages vues par un même utilisateur, on réduira automatiquement le volume de données transféré. Donc la quantité d’électricité consommée. Donc le volume d’émissions CO2 envoyées dans l’atmosphère. C’est là tout l’intérêt du green UX.

Identifier les parcours trop longs

Si l’utilisateur peut obtenir le même volume d’information en visitant moins de pages, nous pourrons réduire considérablement l’empreinte carbone de chaque visiteur.

Au-delà de condenser le même volume d’information en moins de pages – qui pourrait nous amener à avoir des sites très durs à lire avec beaucoup d’informations – nous pouvons aussi adopter l’approche Marie Kondo. Autrement dit, se poser la question de l’utilité de chaque information ou de chaque étape dans le parcours d’un visiteur. 

Par exemple, lors de l’inscription, on n’a pas peut-être pas besoin de demander le nom, le prénom, la civilité, la date de naissance, l’adresse… Peut-être que si. A nous de juger si nous avons l’utilité de toutes ces informations ou si on peut diminuer le nombre d’étapes.

Identifier les parcours “yoyo”

Dans certains cas, un utilisateur peut visiter la même page de nombreuses fois au cours d’un laps de temps réduit (au cours d’une même session, d’une même journée ou d’une même semaine par exemple). Cela peut vouloir dire qu’il y a une information sur cette page qui intéresse beaucoup l’utilisateur puisqu’il y revient continuellement. Il s’agit souvent d’une information qui est susceptible de changer en fonction de certains paramètres. D’où le besoin de revenir encore et encore vérifier l’information.

Google Analytics et Hotjar peuvent être deux outils complémentaires pour identifier ce type de parcours:

  • GA pour identifier les pages les plus visitées
  • Hotjar pour visionner les enregistrements et voir si les interactions de l’utilisateur confirment que nous sommes dans un parcours “yoyo”

Voici quelques exemples auxquels j’ai réfléchi, ainsi que des idées de solutions pour réduire le nombre de pages vues.

Exemple pour un site e-commerce:

L’ajout de nouveaux articles dans le panier peut inciter l’utilisateur à cliquer sur le panier à chaque fois. Il peut par exemple vouloir vérifier le montant de sa commande, voir s’il peut bénéficier de la livraison offerte ou s’il doit encore ajouter des articles, ou même simplement s’assurer que l’article a bien été ajouté à son panier. 

Solution: lorsque l’utilisateur ajoute un premier article au panier, il serait intéressant d’afficher une colonne statique montrant les articles dans le panier et le montant total de la commande. Chaque nouvel article ajouté est directement visible dans la colonne, évitant ainsi à l’utilisateur de visiter la page panier à chaque fois.

Exemple pour un site de mise en relation:

L’une des fonctionnalités les plus utilisées sur ce type de plateforme est la messagerie. Les gens s’écrivent et se répondent. Un utilisateur qui vient d’envoyer un message va avoir envie de vérifier sans cesse s’il a reçu une réponse de la part de son interlocuteur.

Solution: lors de l’envoi du premier message, il pourrait être intéressant d’indiquer à l’utilisateur qu’il sera immédiatement prévenu par SMS lorsque son interlocuteur lui répondra. En sachant quand (immédiatement) et comment (SMS) il sera prévenu, l’utilisateur n’a donc pas besoin de revenir sur la plateforme pour vérifier si une réponse est arrivée. 

Vous pouvez contribuer à créer un web plus respectueux de la planète en partageant cet article pour éveiller les consciences :)
Publié le
Catégorisé comme Agir

2 commentaires

  1. Est ce que ça signifie que, pour une démarche green UX optimisée, il faut réduire le nombre de liens internes et externes dans chaque article ? Ou, au contraire, vaut-il mieux créer des liens (plutôt internes, pour garder les lecteurs) très ciblés, afin que le visiteur puisse rapidement trouver ce qu’il recherche dans notre site ?

    1. Salut Dominique, pour répondre à ta question, l’objectif ici est vraiment de guider au mieux l’utilisateur. Du coup, il faut éviter de créer trop de « distractions » si elles sont inutiles. Sur le sujet des liens, l’important est que le nom du lien soit clair pour que l’utilisateur clique dessus uniquement si l’information l’intéresse. Ensuite, si tu as déjà l’information sur ton site, le lien interne me paraît plus pertinent.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *